"Sur les droits des personnes LGBTQI, nous ne transigerons pas"

Dans une tribune publiée dans le journal « Monde », Elisabeth Moreno et treize ministres de différents pays de l’Union européenne, appelant à suspendre des financements européens et engager des recours contentieux contre les Etats membres qui « soufflent sur les braises de la haine ».

Quatorze ministres européens : « Sur les droits des personnes LGBTQI, nous ne transigerons pas » (Tribune publiée dans le journal "Le Monde" le 17 mai 2021)

Les violations des droits des personnes LGBTQI doivent être résolument condamnées, affirment, dans une tribune au « Monde », quatorze ministres de différents pays de l’Union européenne, appelant à suspendre des financements européens et engager des recours contentieux contre les Etats membres qui « soufflent sur les braises de la haine ».

« Etre soi-même n’est pas une idéologie. Vous êtes chez vous dans l’Union européenne. L’Union européenne est une zone de liberté LGBTQI [personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, trans, queers, intersexes]. Les zones sans personnes LGBTQI sont des zones sans humanité. » En prononçant ces mots le 11 mars 2021, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, rappelait que l’Union européenne (UE) est une zone de liberté LGBTQI.

Pourquoi, alors qu’au cours des dernières décennies, l’égalité des droits n’a cessé d’être renforcée par les législations, est-il si crucial de le souligner à nouveau ? Alors même que la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne et le droit international des droits de l’homme protègent les personnes LGBTQI, la situation de ces dernières est aujourd’hui très préoccupante.

En 2019, selon l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne, 43 % des personnes LGBTQI dans l’Union européenne se sont senties discriminées contre 37 % en 2012. Les violences et les discriminations touchent nos concitoyens et concitoyennes dans tous les domaines de leur vie : regain d’insécurité et de violence, notamment à l’encontre des plus jeunes, discrimination dans l’accès à l’emploi, difficultés d’accès aux soins de santé, en passant par l’augmentation des discours de haine et de la haine anti-LGBTQI sur les réseaux sociaux, stigmatisation allant jusqu’au déni de leur identité même – autant d’attaques intolérables contre les personnes LGBTQI et d’entorses aux valeurs défendues par l’Union européenne.
Protéger et renforcer l’inclusion des personnes LGBTQI

Dans ce contexte, un grand nombre de personnes LGBTQI sont exposées à un risque accru de marginalisation et d’exclusion sociale. Nous, ministres des Etats membres de l’UE, réaffirmons que chacun doit pouvoir vivre en sécurité et jouir de l’exercice de ses droits et de ses libertés fondamentales. Partout sur nos territoires, les violations des droits fondamentaux des personnes LGBTQI doivent être résolument combattues et fermement condamnées.

Nous ne pourrons jamais nous reconnaître dans des projets de société qui divisent et qui excluent. La publication par la Commission européenne de la première stratégie de l’UE sur l’égalité de traitement pour les personnes LGBTQI constitue une étape importante vers l’amélioration de l’égalité de traitement et de la situation des personnes LGBTQI. Il est de notre responsabilité commune de mettre en œuvre cette stratégie, en lien avec à nos stratégies nationales, pour protéger et renforcer l’inclusion des personnes LGBTQI.

Alors que certains Etats membres de l’Union européenne soufflent sur les braises de la haine anti-LGBTQI en Europe, nous nous félicitons que le Parlement européen ait adopté une résolution le 11 mars 2021, proclamant l’Union européenne « zone de liberté pour les personnes LGBTQI » . Mais il faut aussi aller plus loin. Cela commence par la mobilisation de tous les leviers d’action que le droit de l’UE confère, en activant systématiquement les suspensions de financements européens lorsque les droits des personnes LGBTQI sont enfreints, et, lorsque la loi le permet, nous encourageons la Commission européenne à engager des recours contentieux devant la Cour de justice de l’Union européenne.

L’Europe est une terre de liberté, d’égalité et des droits

Cela passe ensuite par le renforcement de la protection des personnes LGBTQI contre toutes les formes de crimes de haine et de discours de haine, afin de protéger tout un chacun dans l’Union européenne contre de telles violations et dérives. Enfin, cela implique de tenir compte de la diversité des familles en Europe d’un point de vue juridique, sur la base de la reconnaissance mutuelle des relations familiales dans l’UE et du plein exercice de la libre circulation des personnes LGBTQI et des familles arc-en-ciel.

L’Europe n’est pas qu’un projet économique. Elle est un projet politique. Ce projet a une histoire. Il a des valeurs. Celles de l’émancipation progressive des peuples fondée sur les idées et les valeurs des Lumières. Pour cette raison, nous ne pouvons laisser s’installer sur le sol européen le rejet des personnes LGBTQI.
Lire aussi « Sexe et identité, au-delà de la binarité », sur Arte : une cartographie des identités de genre

En ce 17 mai, Journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie, nous disons à tous les Européens qu’ils peuvent être fiers de ce qu’ils sont. Que l’Europe est une terre de liberté, d’égalité et de respect des droits fondamentaux.

Sur ces principes, nous ne transigerons pas.

Les signataires de cette tribune : Allemagne  : Franziska Giffey, ministre de la famille, des personnes âgées, des femmes et de la jeunesse ; Belgique  : Sarah Schlitz, secrétaire d’Etat à l’égalité des genres, à l’égalité des chances et à la diversité ; Chypre  : Emily Yiolitis, ministre de la justice et de l’ordre public ; Danemark  : Peter Hummelgaard, ministre de l’emploi et de l’égalité des chances ; Espagne  : Irene Montero, ministre de l’égalité ; Estonie  : Signe Riisalo, ministre de la protection sociale ; Finlande  : Thomas Blomqvist, ministre de la coopération nordique et de l’égalité ; France  : Elisabeth Moreno, ministre déléguée auprès du premier ministre, chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalité des chances ; Irlande  : Roderic O’Gorman, ministre de l’enfance, de l’égalité, du handicap, de l’intégration et de la jeunesse ; Italie  : Elena Bonetti, ministre de l’égalité des chances et de la famille ; Luxembourg  : Corinne Cahen, ministre de la famille et de l’intégration ; Malte  : Edward Zammit Lewis, ministre de la justice, de l’égalité et de la gouvernance ; Pays-Bas : Ingrid van Engelshoven, ministre de l’éducation, de la culture et des sciences ; Suède  : Märta Stenevi, ministre de l’égalité des genres et du logement chargée du développement urbain et de la lutte contre la ségrégation et la discrimination.

Dernière modification : 18/05/2021

Haut de page