"Souveraineté et solidarité sont les deux axes nécessaires de notre réponse commune"

Le Président de la République a participé à la visio-conférence des chefs d’Etat et de gouvernement européens qui s’est tenue le 23 avril 2020.

"L’Europe est à un moment de vérité. Souveraineté et solidarité sont les deux axes nécessaires de notre réponse commune. Nous devons encore avancer pour un budget européen à la hauteur de cette crise inédite".

Le Président de la République à l’issue du Conseil européen, 23 avril 2020

Déclaration du Président de la République à l’issue de la visio-conférence des chefs d’Etat et de gouvernement européens (23 avril 2020)

Conclusions du président du Conseil européen faisant suite à la vidéoconférence tenue avec les membres du Conseil européen le 23 avril 2020

Je souhaiterais avant toute chose remercier tous nos professionnels de la santé, nos médecins et nos chercheurs, qui travaillent sans relâche pour sauver des vies.

Je souhaiterais aussi exprimer mon soutien à celles et ceux qui sont malades et qui luttent contre le virus à l’heure où nous parlons.

Cette pandémie met nos sociétés à rude épreuve. Le bien-être de chaque État membre de l’UE dépend du bien-être de l’UE dans son ensemble.

Nul ne peut y faire face seul. Lutter contre le coronavirus et ses conséquences prendra du temps, mais nous avons déjà accompli beaucoup de progrès et pris des mesures audacieuses.

Ce jour, les membres du Conseil européen ont tenu leur quatrième vidéoconférence consacrée à la COVID-19 et à ses conséquences. Nous avons exprimé notre ferme volonté d’avancer ensemble.

Nous avons débattu des progrès accomplis sur les différents volets de la riposte européenne à la pandémie, et salué la feuille de route européenne commune pour la levée des mesures visant à contenir la propagation de la COVID-19. Nous sommes tous convenus que la priorité va à la santé et à la sécurité de nos citoyens.

Nous sommes également convenus de continuer de suivre attentivement la situation, en particulier à l’approche de la saison des vacances, et de nous coordonner dans toute la mesure possible pour assurer une levée progressive et ordonnée des restrictions.

Nous nous sommes félicités de feuille de route commune pour la relance. Celle-ci énonce un certain nombre de principes importants, tels que la solidarité, la cohésion et la convergence. Elle définit en outre quatre grands domaines d’action essentiels : un marché uniquement pleinement opérationnel, un effort d’investissement sans précédent, une action au niveau mondial, et un système de gouvernance opérationnel.

Il importe au plus haut point d’accroître l’autonomie stratégique de l’Union et de produire des biens essentiels en Europe.

À la suite de la réunion que l’Eurogroupe a tenue en configuration ouverte le 9 avril 2020, nous avons fait nôtre l’accord sur trois filets de sécurité importants, en faveur des travailleurs, des entreprises et des États, un ensemble de mesures qui s’élève à 540 milliards d’euros.

Nous avons demandé que cet ensemble de mesures soit opérationnel pour le 1er juin 2020.

Nous sommes également convenus de travailler à la mise en place d’un Fonds pour la relance, qui est jugé nécessaire et urgent. Ce fonds devra avoir une envergure suffisante, viser les secteurs et zones géographiques européens les plus touchés et être consacré à la gestion de cette crise sans précédent.

Nous avons donc invité la Commission à analyser les besoins exacts et de présenter d’urgence une proposition qui soit à la hauteur du défi auquel nous sommes confrontés.

La proposition de la Commission devrait clarifier le lien avec le CFP, qui devra en tout état de cause être adapté pour faire face à la crise actuelle et à ses conséquences.

L’Eurogroupe, réuni en configuration ouverte, continuera de suivre de près la situation économique et préparera le terrain à une relance robuste.

Nous restons déterminés à donner l’élan nécessaire aux travaux sur le Fonds pour la relance et le CFP, de manière à ce qu’un accord équilibré puisse être trouvé le plus tôt possible.

Certains États membres ont évoqué la question des activités de forage illégales de la Turquie dans la zone économique exclusive de Chypre. Nous avons exprimé notre solidarité pleine et entière avec Chypre et réaffirmé nos conclusions antérieures à ce sujet.

Nous avons décidé de tenir une vidéoconférence avec les Balkans occidentaux le 6 mai./.

Dernière modification : 25/04/2020

Haut de page