Sommet de la zone euro (Bruxelles, 22 juin 2015)

Les chefs d’Etat et de gouvernement de la zone euro se réunissent lundi 22 juin pour un sommet sur la Grèce. La rencontre était précédée d’une réunion des ministres des finances de l’Eurogroupe.

PNG - 204.3 ko
François Hollande au Sommet de la zone euro (Bruxelles, 22 juin 2015)
Conseil de l’UE

Déclarations du Président de la République à son arrivée au Sommet de la zone euro

"Des progrès ont été accomplis ces derniers jours et même ces dernières heures. Le gouvernement grec a fait de nouvelles propositions plus précises, plus fortes. C’est beaucoup d’effort qui leur est demandé et il y en a déjà eu beaucoup de consenti. Le gouvernement grec veut sortir de cette crise et a pris ses responsabilités. Nous devons regarder, une fois encore ces propositions, et moi je souhaite que ce soir –même s’il n’y aura pas de décision formelle- la réunion ouvre la voie à un accord, le plus vite possible. Nous devons travailler, travailler encore, c’est aussi le sens de cette rencontre qui ne réglera pas tous les problèmes mais qui doit permettre de trouver la solution.

Qu’est-ce qui manque encore ?

Il y a encore des détails techniques sur un accord durable parce que ce que la France veut, ce n’est pas un accord pour quelques semaines ou quelques mois, c’est un accord global et c’est un accord durable. Et si on a cette ambition, mieux vaut encore prendre quelques jours mais arriver à un accord. Les conditions sont réunies, les bases sont maintenant rassemblées, il y a encore des précisions et du travail. L’esprit doit être celui de la responsabilité, et cela vaut pour tous."

Intervention du président Donald Tusk lors de la conférence de presse à l’issue du sommet de la zone euro

"J’ai convoqué ce sommet pour mettre fin à la dangereuse incertitude qui régnait et éviter le scénario du pire que serait un "Graccident" chaotique et incontrôlable. Pour ce faire, j’avais deux objectifs. Je voulais tout d’abord insuffler un nouveau dynamisme dans des négociations bloquées depuis trop longtemps. Je crois que la proposition grecque d’aujourd’hui nous a permis de franchir cette étape. Il fallait aussi s’assurer que tous les dirigeants sont sur la même longueur d’ondes politique, qu’ils appréhendent tous de la même manière ce qui est possible et ce qui ne l’est pas.

Le Premier ministre Tsipras nous a assurés du sérieux de la Grèce et de sa volonté de travailler de manière constructive. Les dernières heures ont montré que toutes les parties veulent absolument trouver une solution. Les trois institutions ont estimé à première analyse que les nouvelles propositions que la Grèce leur a présentées vont dans le bon sens. Ces propositions seront étudiées plus avant dans les heures qui viennent. Il faut maintenant que les choses avancent vite au sein de l’Eurogroupe. Le Premier ministre Tsipras et les institutions vont maintenant travailler ensemble afin que l’Eurogroupe puisse parvenir à des résultats mercredi soir et les présenter jeudi matin".

Dernière modification : 17/12/2015

Haut de page