Renforcement de la coopération franco-allemande dans le domaine de la transition énergétique

Communiqué de presse du ministère de la Transition écologique et solidaire : MM. Nicolas Hulot et Peter Altmaier renforcent la coopération franco-allemande dans le domaine de la transition énergétique, 12 juillet 2018

JPEG - 97.8 ko
M. Nicolas Hulot, ministre d’Etat, ministre de la Transition écologique et solidaire, avec M. Peter Altmaier, ministre allemand de l’Économie.

M. Nicolas Hulot, ministre d’Etat, ministre de la Transition écologique et solidaire, s’est entretenu avec Peter Altmaier, ministre allemand de l’Économie, ce jeudi 12 juillet à Paris. La visite de Peter Altmaier visait à renforcer les liens entre Paris et Berlin dans le domaine de la transition énergétique et de la lutte contre le changement climatique.

A l’occasion de la visite du Ministre allemand de l’Économie et de l’Énergie à Paris, les deux pays ont adopté une déclaration conjointe en matière de coopération franco-allemande dans le domaine de la transition énergétique, dont l’objectif est d’accélérer la réalisation des objectifs climatiques.

Les deux Ministres se sont félicités des accords intervenus, fin juin, fixant des objectifs ambitieux pour l’Europe en matière d’énergies renouvelables et d’efficacité énergétique et se sont engagés à faire converger leurs positions lors des prochaines négociations sur les textes concernant le marché de l’électricité et la réduction des émissions de CO2 pour les véhicules, afin d’obtenir des accords compatibles avec la réalisation des objectifs fixés par l’Accord de Paris et d’accélérer le développement des véhicules « zéro émissions ».

Les Ministres ont rappelé leurs objectifs respectifs en matière de fermetures des centrales nucléaires et des centrales à charbon et leur volonté d’accélérer le développement des solutions de la transition énergétique, comme le stockage de l’énergie et le développement à grande échelle des énergies renouvelables. Ils ont également annoncé leur souhait de partager l’élaboration de leurs plans nationaux énergie-climat et d’échanger leurs hypothèses d’évolution du mix électrique pour renforcer les synergies entre leurs documents de planification. Dans le même esprit, Nicolas Hulot et Peter Altmaier ont évoqué les coopérations concrètes qui pourraient être mises en œuvre autour de la reconversion du territoire de Fessenheim dans le cadre de la fermeture de la centrale nucléaire.

Ils ont confirmé à cette occasion le lancement, le 6 septembre prochain, du groupe de travail interministériel franco-allemand sur le climat, annoncé à Meseberg le 19 juin, lequel traitera, des incitations économiques, telles que le prix plancher du carbone, à mettre en place pour faciliter la réalisation des objectifs nationaux de transition énergétique.

lls sont convenus de travailler à la mise en œuvre d’autres projets concrets dans le domaine du développement de l’éolien offshore en mer du Nord, du développement de réseaux intelligents d’électricité (« Smart Border Initiative »), du renforcement des interconnexions électriques et de récupération de chaleur, ainsi que de la mobilisation des investissements de long terme pour financer la transition énergétique.

Les deux Ministres sont convaincus de la nécessité pour l’Europe de devenir leader dans le domaine des batteries et des technologies de stockage. A cet égard, ils ont salué le projet piloté par SAFT auquel participent plusieurs entreprises européennes. Les deux pays renforceront également leur coopération sur l’hydrogène.
Pour Nicolas Hulot : "La Transition Energétique, c’est le nouvel horizon de l’Europe. Ensemble, nous pouvons repenser l’énergie, l’industrie, les transports, l’agriculture et le bâtiment pour offrir aux européens un avenir sans pollution, mais aussi des emplois verts, des innovations qui conforteront le rôle de chef de file de l’Union Européenne dans la lutte contre le changement climatique. Le couple franco-allemand a la volonté partagée de montrer la voie, et nos deux pays, la France et l’Allemagne, ont des différences mais surtout beaucoup de points communs. Nous devons fermer des moyens de production centralisée, développer les énergies renouvelables, investir dans le stockage, les batteries, les réseaux intelligents... Ce partenariat est stratégique pour nos deux pays, pour être au rendez-vous de l’ambition climatique"./.

Dernière modification : 18/07/2018

Haut de page