Rapport spécial du Groupe intergouvernemental d’experts sur le changement climatique

Le 8 octobre, M. François de Rugy, M. Jean-Yves Le Drian et Mme Frédérique Vidal ont publié un communiqué de presse conjoint suite à la publication du rapport spécial du Groupe intergouvernemental d’experts sur le changement climatique (GIEC).

Communiqué de presse conjoint de M. François de Rugy, ministre d’Etat, ministre de la Transition écologique et solidaire, de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères, de Mme Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (Paris, 8 octobre 2018

Nous saluons la publication aujourd’hui du rapport spécial du Groupe intergouvernemental d’experts sur le changement climatique (GIEC) consacré aux « impacts d’un réchauffement climatique global de 1,5°C par rapport à 2°C et aux trajectoires d’émissions de gaz à effet de serre à suivre pour limiter le réchauffement à 1,5°C dans le cadre plus général du développement durable et de l’éradication de la pauvreté ». Ce document, qui avait été demandé par la COP 21 parallèlement à l’adoption de l’accord de Paris, documente l’urgence climatique sur la base de plus de 6 000 travaux scientifiques et constitue une nouvelle référence.

Le constat fait par le rapport est sans équivoque. Il confirme que le climat mondial s’est déjà réchauffé d’1°C environ en moyenne par rapport à l’ère préindustrielle et décrit en détail les conséquences d’un réchauffement climatique de 1,5°C : recrudescence et intensification des événements climatiques extrêmes, hausse du niveau des mers, fonte des glaces, raréfaction des ressources en eau, diminution de la production agricole, accentuation des menaces sur la biodiversité terrestre et marine, atteintes à la santé, pertes économiques, accroissement de la pauvreté.
Le GIEC estime toutefois qu’il est encore possible de limiter cette hausse de la température à 1,5°C et d’en limiter les dégâts pour l’homme et son environnement, sous réserve de politiques publiques déterminées et d’investissements correctement orientés. Le rapport souligne que toutes les options permettant de ne pas dépasser une augmentation de 1,5°C nécessitent des transformations majeures, dans tous les secteurs de la société et dans le monde entier, et qu’il est essentiel de les mettre en œuvre rapidement.

La France a pris ses responsabilités en se fixant l’objectif ambitieux d’atteindre la neutralité carbone à horizon 2050. Les conclusions du rapport encouragent notre pays à poursuivre ses efforts : développement d’une mobilité propre, sortie progressive des énergies fossiles, réduction de notre consommation d’énergie et de notre production de déchets. La nouvelle stratégie bas carbone de la France et le deuxième plan national pour adapter la France au changement climatique seront présentés à la fin du mois.

A la suite de la deuxième édition du One Planet Summit qui s’est tenu en présence du Président de la République en marge de la dernière Assemblée générale des Nations unies, nous appelons les pays signataires de l’accord de Paris à redoubler d’efforts pour limiter leurs émissions de gaz à effet de serre. La France continuera de se mobiliser auprès de ses partenaires européens pour que les engagements pris lors de la COP 21 soient revus à la hausse, et que l’Union entraîne le reste du monde à tenir les objectifs de l’accord de Paris.

Le rapport du GIEC fournit une base solide au dialogue de facilitation, dit « dialogue Talanoa », qui se tiendra lors de la COP 24 à Katowice (3-14 décembre 2018) et qui doit conduire la communauté internationale à renforcer son ambition d’ici à 2020./.

Joint press communiqué issued by M. François de Rugy, Minister for the Ecological and Inclusive Transition, M. Jean-Yves Le Drian, Minister for Europe and Foreign Affairs, and Mme Frédérique Vidal, Minister of Higher Education, Research and Innovation (Paris, 8 October 2018)

We welcome the publication today of the special report of the Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) devoted both to the impacts of global warming of 1.5ºC compared to 2ºC and to the greenhouse gas emission pathways to be followed to limit warming to 1.5ºC in the more general framework of sustainable development and poverty eradication. This document, which was requested by COP21 at the same time as the Paris Agreement was adopted, documents the climate emergency on the basis of more than 6,000 scientific studies and sets a new benchmark.

The report makes an unequivocal observation. It confirms that the world’s climate has already warmed by an average of around 1ºC compared to the pre-industrial era and describes in detail the consequences of global warming of 1.5ºC : the worsening and intensification of extreme climate events, rising sea levels, ice melt, increasingly scarce water resources, reduced agricultural production, growing threats to land and marine biodiversity, damage to health, economic losses and increasing poverty.

However, the IPCC believes it still possible to restrict this temperature rise to 1.5ºC and limit the damage to mankind and its environment, subject to resolute public policies and correctly channeled investment. The report stresses that every option for not exceeding a 1.5ºC increase requires major transformations in every sector of society and all over the world, and that it is essential to implement them swiftly.
France has shouldered its responsibilities by setting itself the ambitious target of achieving carbon neutrality by 2050. The report’s conclusions encourage our country to continue its efforts : developing clean transport, gradually moving away from fossil fuels, and reducing our energy consumption and waste production. France’s new low-carbon strategy and the second national plan to adapt France to climate change will be presented at the end of the month.

Following the second One Planet Summit, held in the presence of the French President on the sidelines of the last United Nations General Assembly, we call on the countries that signed the Paris Agreement to redouble their efforts to limit their greenhouse gas emissions. France will continue working actively with its European partners to ensure that the commitments made at COP21 are revised upwards and that the EU carries the rest of the world with it to meet the Paris Agreement targets.

The IPCC report provides a solid basis for facilitative dialogue, the so-called Talanoa Dialogue, which will take place at COP24 in Katowice (3-14 December 2018) and which must lead the international community to heighten its ambition between now and 2020./.

Dernière modification : 09/10/2018

Haut de page