Plus de transparence et de prévisibilité au travail : Pour une Europe qui protège

Le 7 février, le Conseil de l’UE, la Commission européenne et le Parlement européen ont trouvé un accord relatif à la directive visant à rendre les conditions de travail à travers l’UE plus transparentes et plus prévisibles.

La future directive exigera des employeurs qu’ils informent les travailleurs des aspects essentiels de la relation de travail, tels que :

  • l’identité des parties à la relation et au lieu et la nature du travail ;
  • le montant initial de la rémunération et le montant du congé payé ;
  • la durée du jour ouvrable normal ou de la semaine lorsque le régime de travail est prévisible.

L’accord provisoire fixe également un certain nombre de droits minimaux supplémentaires pour les travailleurs :

  • Droit d’occuper un emploi parallèle avec un autre employeur ;
  • Limite de la période d’essai à un maximum de 6 mois, avec des périodes plus longues autorisées uniquement lorsque cela est dans l’intérêt du travailleur ou se justifie par la nature du travail ;
  • Demande, après au moins six mois d’activité auprès du même employeur, d’un emploi dans des conditions de travail plus prévisibles et plus sûres ;
  • Possibilité de recevoir une formation sans frais, lorsque cette formation est exigée par l’Union ou la législation nationale.

Selon l’accord, tous les travailleurs qui travaillent plus de 3 heures par semaine sur quatre semaines (soit plus de 12 heures par mois) doivent être couverts par la directive.

L’accord provisoire sera examiné sous peu par le Comité des représentants permanents du Conseil qui doit l’approuver. Le vote formel du Conseil et du Parlement européen suivra ultérieurement./.

Dernière modification : 07/03/2019

Haut de page