Participation de Mme Amélie de Montchalin au Conseil affaires générales

Mme Amélie de Montchalin a participé au Conseil Affaires générales qui s’est tenu à Bruxelles le 18 juillet 2019.

Déclaration de Mme Amélie de Montchalin à son arrivée au Conseil Affaires générales (Bruxelles le 18 juillet 2019)

Amélie de Montchalin : "Bonjour,

Aujourd’hui, c’est la première réunion finalement avec la présidence finlandaise. C’est pour nous un moment important parce que cette présidence porte beaucoup de priorités qui sont également les nôtres : sur le climat, sur l’Etat de droit, sur le modèle social et le modèle économique et puis nous allons avoir une discussion notamment approfondie sur le budget européen.

Vous savez que nous avons l’ambition que ce budget européen soit un budget de transition écologique, que ce soit pour le climat mais aussi pour la biodiversité. Donc nous voyons, dans un budget, il y a deux parties. Il y a une partie sur les dépenses. On voudrait verdir, que ce soit sur la politique agricole, la politique de cohésion et aussi l’action extérieure. On voudrait que 40% de toutes les dépenses européennes soient liées à la transition. Et puis, c’est aussi une question de ressources, une question de recettes. Donc, la France avec un certain nombre de partenaires, nos alliés, nous souhaitons que les ressources propres du prochain cadre budgétaire soient aussi des ressources propres liées à la transition. C’est pour ça que l’on soutient la contribution sur le recyclage du plastique. C’est pour ça que l’on soutient également la taxe carbone aux frontières. On est très heureux qu’Ursula von der Leyen l’ait reprise dans son discours au Parlement. C’est aussi pour ça qu’on soutient également le système des enchères carbone.

Puis, l’autre point que je vais aujourd’hui mettre sur la table du Conseil, c’est la capacité au fond d’inclure les citoyens dans ce moment très particulier qui est l’ouverture d’un nouveau cycle institutionnel pour 5 ans. Vous savez que pendant des mois et des mois, il y a eu des consultations citoyennes partout en Europe où les citoyens ont été invités à proposer des idées qui ont d’ailleurs nourri assez explicitement l’agenda stratégique. On pense qu’il est important que les citoyens puissent maintenant au fond donner leurs priorités, dire « voilà ce qui est sur la table » ; sur ce qui était proposé par Ursula von der Leyen, par l’agenda stratégique du Conseil, aussi par la plateforme programmative du Parlement. Qu’est-ce que les citoyens nous disent ? Comment ils le commentent ? Comment ils donnent des priorités ? On aimerait avec la présidence finlandaise avoir ce moment-là d’ici la fin de l’année avec le nouveau Collège des commissaires où il y a un retour citoyen et qui soit aussi de faire la transition avec la Conférence sur l’Europe de Guy Verhofstadt qui prendra elle le relais plus sur des questions de nominations et puis de processus de décision.

Vous savez que le Président de la République l’avait dit pendant le dernier Conseil européen, il faut absolument que les méthodes de décision, les méthodes de travail du Conseil européen, du Conseil, évoluent pour qu’on redevienne une machine à décider. La puissance de l’Europe, c’est bien sûr les personnes mais c’est beaucoup plus fortement ce que nous sommes capables de mettre sur la table, de décider ensemble et donc cette proposition pour nous est importante.

A week ago Minister, Stephen Barclay, the Brexit Secretary, met with Michel Barnier. He’s understood to have said five times, “Brexit is dead”. Now, whether that’s Boris or Jeremy in future, if the Withdrawal Agreement I should say is dead, where do you go from here ?

Amélie de Montchalin : Our position has been always very clear and very coordinated with Michel Barnier. I also met Stephen Barclay in London a few weeks ago. We have constant discussions. Our position is the following : if the UK wants to leave, which is one first hypothesis to be still validated because there is still an option not to validate the option, that Article 50 can be withdrawn. So, if the UK wants to leave and if the UK wants to leave in an orderly manner, what we have on the table is the Withdrawal Agreement. What we have always said too was that the political declaration, the perspective for the future, was still open for discussion, for negotiation, as soon as we have a majority in the UK to back an evolution in the ways the political declaration has been written.

I’m going this afternoon to Dublin. I’ve been invited for a bilateral visit by my counterpart Helen McEntee. What we know is quite simple.

The unity and the solidarity among the 27 will stay. It has been such for 3 years now and it will stay. That is a very important point because there is no division at the moment and there has not been divisions in the past on the way we should approach this question.

The second pillar is that we must keep the integrity of the internal market. France, Ireland and other countries have borders with the UK or have incoming goods, incoming people that we will have to put in the position where we have the adequate controls so that the integrity of the internal market is protected.

Once we have said that, what I say is also that there will be a day after Brexit. The future relationship will be intense. You know, I have been raised part of my young years in Calais. The distance between Calais and Folkstone and Dover will not increase. We will remain partners. The economic links, the social links, the cultural links, the manufacturing links will stay. So for me what is important is that we are able to go through this moment, which is the moment where we state officially that the decision of the UK people, the British people is respected because of the referendum. This is a UK decision. It is not something that we can decide from here, from Brussels, from Paris, from anywhere. It’s a UK decision to be taken by British people. And as soon as this decision, this moment has been past, we will be, and I can assure you this very honestly, very sincerely, working on the future relationship which will be intense. For me, as I said, the geographical distance between France and the UK will not change. There are many, many topics on which we have common interests. But to be able to discuss this, we need to go through this moment.

Your European colleague, Vice-President Frans Timmerman has described to us, to the BBC, that he thought the Brexit team would have something that could pull out a “Harry Potter-light” but ended up to quote what he said “running around like idiots" not knowing what they were doing. Do you believe that was also the case, that you’ve been surprised by the lack of ability ?

Amélie de Montchalin : The European project was a project of additions, of more, with the time adding Member States, adding policies, adding financial means, and of additions. There is an article 50 saying you can have this conceptual view of a member withdrawing, which is normal, it is written in treaty and it has to be existing because if you enter freely, you should be given the chance to exit freely. This is in the treaty. Once you have said that, it is very difficult in the concrete terms to see how you can withdraw. This is why the teams, the British team and the European Commission team have worked very very intensively on this Withdrawal Agreement. One thing I want to say very clearly, this agreement is not a proof of power of any party. It is the best concrete outcome of a very long, very lengthy, very detailed process. I will not quote any terms of what we just described, I think it has been the fruit, the outcome of the intense work and I think we have to be very thankful to those who took the time to work on this because it is very complex. But we know that as I said, there are two pillars on the European side. First, unity and solidarity of the 27 [Member States]. We have to be a block. There is a UK decision, there is a British decision ; it has remained a British decision for how it has to go forward now. That’s for sure. And, we have to be also very clear on one redline Michel Barnier has always put on the table, which is the integrity of the internal market, and the controls we need because the goods inside the internal market, the freedom of movements has to be guaranteed for the quality, the safety and the confidence we have as customers, as companies, as enterprises in the internal market that we built over time.

Ursula von der Leyen wants a gender equal Commission, do you think that it is realistic and will France propose a female candidate ?

Amélie de Montchalin : First, you know gender equality was not seen as realistic for the four top jobs that the European Council had to propose. We managed it, and I can tell you for being here during these long night and day that we do not lack female, competent, skilled, European, energetic profiles. So the question is not a lack of profile. The question is indeed what Ursula von der Leyen said. It is a question of putting the criteria very clearly at the beginning, being very strict in following them and be able to deliver.

I think it is realistic, I think we can find 14 good European motivated, courageous women in Europe to lead Commission jobs, to be commissioners. On the French side, we are constantly committed to gender equality normally and you’ve seen, we are not in a position where we lack female profiles. I cannot tell you who we will propose, this is not my role to tell you today but we can be sure that we are supporting Ursula von der Leyen in this objective./.

Communiqué du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères : Participation de Mme Amélie de Montchalin au Conseil des affaires générales (Bruxelles, 18 juillet 2019)

Mme Amélie de Montchalin, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des affaires étrangères chargée des affaires européennes, participe aujourd’hui au Conseil des Affaires générales à Bruxelles.

Les travaux des ministres porteront sur les principaux points suivants :

a) Les ministres auront une discussion en débat public sur le cadre financier pluriannuel 2021-2027. La présidence finlandaise présentera ses intentions sur la poursuite des travaux durant le semestre, en vue de trouver un accord politique d’ici décembre comme l’a souhaité le Conseil européen. Cette discussion sera l’occasion pour la secrétaire d’État de rappeler notre ambition en matière de lutte contre le changement climatique, en particulier avec un objectif environnemental de 40% dans le budget, et de souligner à cet égard notre souhait de créer de nouvelles ressources propres liées à l’environnement.

b) La présidence finlandaise présentera les priorités de son semestre qui convergent largement avec celles que promeuvent les autorités françaises, en particulier en ce qui concerne le climat, la dimension sociale et l’État de droit.

c) La présidence finlandaise fera un point de situation sur la mise en œuvre du programme stratégique adopté par le Conseil européen des 20 et 21 juin derniers, dans la perspective de la discussion qu’auront les chefs d’État ou de gouvernement en octobre. La secrétaire d’État soulignera que les grandes priorités établies par le programme stratégique pour les cinq prochaines années correspondent pleinement à l’ambition portée par la France. Elle insistera sur la mise en œuvre de ces priorités et présentera la proposition française d’organiser une Conférence pour l’Europe pour associer les citoyens à la traduction des grandes priorités en mesures concrètes. Elle saluera enfin l’engagement d’une discussion sur la révision des méthodes de travail des institutions européennes.

d) La Commission présentera aux ministres sa seconde communication sur l’État de droit, qui a été adoptée le 17 juillet. Cette publication fait suite à une première communication publiée le 3 avril 2019, qui identifiait des pistes de réflexion pour consolider les instruments de promotion, de prévention et de réponse aux défaillances de l’État de droit dans l’Union, et a fait l’objet de contributions de la part des États membres. La secrétaire d’État rappellera le soutien de la France au renforcement de la boîte à outils de l’Union pour agir de manière globale en matière de promotion, de prévention et de réponse aux atteintes à l’État de droit.

e) Le Conseil fera un état des lieux de la situation en Pologne au titre de la procédure prévue à l’article 7, paragraphe 1, du Traité sur l’Union européenne. Comme les fois précédentes à ce sujet, la France et l’Allemagne s’exprimeront conjointement pour indiquer que leurs préoccupations en matière d’État de droit et de respect des valeurs fondamentales de l’Union en Pologne demeurent. Elles proposeront que le dialogue sur la situation en Pologne puisse se poursuivre au sein du Conseil, y compris sous la forme d’une nouvelle session d’audition qui devra se tenir le plus tôt possible après l’été./.

Dernière modification : 18/07/2019

Haut de page