Participation de M. Jean-Yves Le Drian au Conseil des affaires étrangères

M. Jean-Yves le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, a participé au Conseil Affaires étrangères à Bruxelles le 15 juillet 2019.

Déclaration de M. Jean-Yves Le Drian à son arrivée au Conseil Affaires étrangères (Bruxelles, 15 juillet 2019)

M. Jean-Yves Le Drian : "Bonjour. Pour moi, le sujet principal de cette réunion est évidemment la situation au Moyen-Orient, à la suite de la décision de l’Iran à la fois de ne pas respecter le taux d’enrichissement de l’uranium et de ne pas respecter le niveau de stock autorisé dans le cadre de l’accord de Vienne. C’est un mauvais anniversaire puisque cet accord de Vienne, signé le 14 juillet 2015, fête ses 4 ans d’existence. Il faut donc que les Européens restent unis dans cette affaire et qu’en particulier la Grande-Bretagne, l’Allemagne et l’Union européenne, en tant que telle, avec la France aient la volonté permanente de ramener l’Iran à ses engagements.

C’est je crois une mauvaise réaction face à une mauvaise décision, qui était la décision américaine de se retirer de l’accord et de mettre en œuvre des sanctions à titre national mais qui ont aussi une portée extraterritoriale qui touchent de front les avantages économiques que l’Iran pouvait retirer de l’accord. Mauvaise réponse face à une mauvaise décision. Donc, nous souhaitons que l’Iran revienne dans le JCPoA. En tout cas, les trois signataires que nous sommes, Allemagne, Grande-Bretagne, France, vont œuvrer en ce sens et cela va être un des sujets de la discussion que nous aurons aujourd’hui. Mais, c’est le grand sujet de la réunion, voilà. Merci"./.

Déclaration de la porte-parole du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, 12 juillet 2019

M. Jean-Yves le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, participera au Conseil Affaires étrangères à Bruxelles le 15 juillet 2019.

Les ministres discuteront les points suivants :

- Iran : les ministres réaffirmeront leur attachement au Plan d’action global commun (Joint Comprehensive Plan of Action – JCPoA) et feront le point sur les efforts entrepris en vue de sa préservation. La France se concertera avec ses partenaires européens sur les efforts engagés pour la désescalade des tensions sur le dossier nucléaire iranien.

- Irak : les ministres confirmeront le soutien de l’Union européenne au processus de stabilisation et de reconstruction engagé par les autorités irakiennes. Ils adopteront des conclusions qui devraient souligner l’importance à accorder au renforcement de l’État irakien, à la réforme du secteur de la sécurité et aux réformes économiques et financières. Ils feront également le point sur les défis auxquels l’Irak est confronté, tant en interne que dans son environnement régional.

- République centrafricaine (RCA) : à notre initiative, le Conseil aura un échange de vues sur la RCA et les défis auxquels fait face le pays. La France plaidera en faveur du soutien à l’accord de paix conclu le 6 février, et pour un appui renforcé de l’Union européenne aux forces de sécurité intérieure au travers du déploiement d’une mission de PSDC civile en RCA, en complément de l’important travail effectué par la mission EUTM pour la formation des forces armées centrafricaines.

- Migrations : le Conseil aura un échange sur la dimension externe des migrations, notamment à la lumière de la situation en Libye et en Méditerranée centrale. La France soulignera la nécessité d’un engagement fort de l’Union européenne pour améliorer le sort des migrants actuellement en Libye, en travaillant avec l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) et les organisations africaines, ainsi que par des engagements en matière de réinstallations sur le territoire européen. Au-delà de la crise libyenne, elle soulignera l’importance pour l’Union européenne de renforcer les capacités des pays d’origine et de transit en matière migratoire et de se doter d’instruments adaptés dans le cadre du prochain cadre financier pluriannuel.

- Moldavie : les ministres rencontreront leur nouvel homologue moldave, M. Nicolae Popescu. Ils réaffirmeront à cette occasion le soutien de l’Union européenne au nouveau gouvernement moldave dans sa volonté de lutter contre la corruption, de renforcer l’État de droit et de relancer l’économie. La France plaidera pour que l’Union européenne reprenne dans les meilleurs délais l’assistance technique et financière en faveur de la Moldavie.

Les ministres devraient également évoquer la situation :
- au Soudan en vue d’accompagner la transition suite à l’accord politique annoncé le 4 juillet ;
- en Éthiopie afin de réaffirmer le soutien de l’Union européenne au premier ministre éthiopien dans ses réformes et ses efforts pour rassembler tous les Éthiopiens ;
- au Sahel afin de souligner l’importance de poursuivre l’engagement de l’Union européenne dans la région ;
- en Méditerranée orientale suite aux activités de forage turques dans les eaux chypriotes : le Conseil devrait réaffirmer sa solidarité vis-à-vis de Chypre, dont la souveraineté doit être pleinement respectée, et son ferme attachement au respect du droit de la mer./.

Dernière modification : 17/07/2019

Haut de page