"Nous avons accompli une avancée majeure pour la zone euro"

M. Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances, s’est rendu à Luxembourg le 13 et 14 juin 2019, pour participer aux réunions de l’Eurogroupe ainsi qu’au Conseil des ministres de l’Union européenne pour les affaires économiques et financières (ECOFIN).

Déclaration de M. Bruno Le Maire à son arrivée à la réunion de l’Eurogroupe (Luxembourg, 13 juin 2019)

Qu’est-ce que M. TRIA doit mettre sur la table aujourd’hui pour vous convaincre ?

M. Bruno Le Maire : "La Commission a fait un grand travail avec l’Italie, elle a tendu la main à l’Italie. Je souhaite que l’Italie saisisse la main tendue par la Commission pour prendre les mesures appropriées. Il y a des règles dans la Zone euro, nous essayons tous de les respecter, les règles budgétaires, les règles d’endettements. Ce n’est jamais facile de respecter ces règles, je peux vous le dire comme ministre des Finances, mais c’est important de les respecter collectivement. Ce qui nous rend tous plus forts, ce qui assure la stabilité et l’efficacité de la Zone euro, c’est le respect collectif des règles. Donc j’invite l’Italie à saisir la main tendue de la Commission européenne.

Que pensez-vous de l’idée italienne des mini-BOTs ?

M. Bruno Le Maire  : Une fois encore, chacun fera ses propositions. Moi ce que je souhaite aujourd’hui c’est que l’Italie saisisse la main tendue par la Commission européenne.

What do you want to hear from the Italian finance minister today ?

M. Bruno Le Maire  : Once again, it won’t be the key issue today. But as you know the Commission has already made a really important work to try to address the issue and to fix the difficulties. They have extended a hand to Italy. I think it would be wise from the Italian government to seize the hand extended by the European Commission and to take the appropriate measures to fix the issue. So it’s up to the Italian government to make its choice. But I think that the wiser choice would be to seize the hand extended by the Commission and to take the appropriate measures. We have rules within the Eurozone. I think that it is always wise, and in the interest of all the Eurozone members, to stick by the common goals.

Maybe one word about our discussion today, because as you know we are not far from having a consensus and a compromise on the key features of the Eurozone budget and on the improvement of the ESM, and we are not far from a decision about the Backstop. All those decisions would represent a major breakthrough for the Eurozone. So I hope that in a spirit of compromise, we will be all in a situation to take decision. Maybe today, maybe tomorrow early in the morning, so that they would be a clear reinforcement and improvement of the Eurozone : a decision on the main features of the Eurozone budget ; a decision on the ESM. To put in place a backstop within the ESM will be, once again, a major breakthrough. It would mean more stability for the Eurozone, it would mean more security for the savers, it would mean historic reinforcement of the Eurozone. As you know, it has always been at the heart of the program of the French President Emmanuel Macron to get a clear reinforcement on those basis for the Eurozone. I think that we are not far from a consensus ; we are not far from decisions. I urge every member states to really do its utmost efforts to get a consensus, to have decisions, to reach a compromise for the sake of having a reinforce Eurozone, which would be able to face a new possible economic or financial crisis and which would give security and stability to our European citizens"./.

Déclaration de M. Bruno Le Maire à son arrivée au Conseil ECOFIN (Luxembourg, 14 juin 2019)

Conférence de presse conjointe de M. Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances et de M. Olaf Scholz, vice-chancelier, ministre fédéral allemand des Finances, à l’issue du Conseil ECOFIN (Luxembourg, 14 juin 2019)

M. Bruno Le Maire : " I said yesterday that we had the possibility of a breakthrough. We did it.

One point is now taken for granted : there is a Eurozone budget and it will be operational in 2021. The commitments made by President Macron during his presidential campaign have been met.

I really want to thank Olaf Scholz because this is an achievement for the Eurozone, for Europe but also for the franco-german relationship. Because the decision taken this morning is based on the Meseberg agreement of June 2018 – and days and nights of negotiations.

We have also made key progress on all other aspects of Eurozone reform :

We reached an agreement on the ESM Treaty.

This means that we now have a much stronger firewall in case of crises : the ESM will be able to intervene earlier, faster and more effectively – and speed is of the essence in a crisis. Being able to act quickly can make the difference between a difficult few days and a full blown crisis.

The precautionary credit lines can now be used more easily and quickly. This will help ensure that a country’s temporary economic fragility turns into a full blown crisis, with the risks of contagion seen in the past. It makes the monetary union more resilient.

The backstop is finally agreed : this will reassure markets and the public that Europe is equipped to deal with any banking crisis. Savers should know they are protected because we have now the resources to deal with all bank crises – including systemic banks.

Next the budget : we have a Eurozone budget.

Back in December, we agreed on broad principles. Today, we’ve agreed on the main features to operationalize the budget. We’ve agreed the structure of our new Eurozone budget – we have agreed how it will work, how we will define its priorities at 19, how the governance will work. We have agreed its link to the European semester process. And we have agreed all member states will set out programmes with investments and reforms aimed at greater competitiveness and convergence. It’s good news for the economic future of the Eurozone.

Let me be clear : this is a mini revolution. Until now, countries have each devised their national budgets alone, they present it to their parliaments and then send it to the Commission. It means the European semester process ends up being a tick boxing exercise.

Now member states sharing the same currency will exchange much earlier about what their national priorities for investment and reforms should be. It’s a real game changer – learning from each other, defining common priorities for the future, for example in innovation. It means we start thinking as a coherent block which shares a currency. We will start to genuinely coordinate our economic policies.

Of course, I am fully aware a lot needs to be done on the financing of the budget. But I have always been clear since the start : the framework matters more than the financing. We still have time to sort the financing out. We believe with Olaf that there needs to be both European and national sources of financing, for eg the Financial Transactions Tax. We have kept the options on the table and we will now continue working on that.

But it’s essential to have both options for revenue to allow the budget to grow over time. The new budget can start small but we need to give it the potential of growing over time.

Today – we already have a stronger, a more stable, a more effective Eurozone than yesterday. It’s good news for the European people"./.

Communiqué de presse du ministère de l’Economie et des Finances : "Avancées majeures pour le renforcement de la zone euro grâce à l’adoption d’un budget de la zone euro et de la réforme du Mécanisme européen de stabilité (MES) (14 juin 2019)

Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances, salue l’accord historique obtenu lors de la réunion de l’Eurogroupe qui s’est déroulée hier à Luxembourg.

Un accord majeur sur le budget de la zone euro, le filet de sécurité de l’Union bancaire et le Mécanisme européen de stabilité (MES) a été adopté cette nuit lors des réunions de l’Eurogroupe. Ce sont des avancées décisives sur les réformes de la zone euro proposées par le président de la République pour consolider notre union monétaire, la rendre plus forte et plus stable.

Concernant le MES, le recours à des lignes de précaution a été simplifié. Les pays rencontrant des difficultés peuvent désormais avoir recours à ces lignes de précaution de manière plus rapide et plus souple. Le MES devient un véritable pare-feu en cas de crise afin d’assurer une stabilité financière à la zone euro.

Les ministres des finances de la zone euro ont également défini et mis en place un filet de sécurité (« backstop ») de 60 milliards d’euros qui vient compléter le fonds de résolution unique pour stabiliser le secteur bancaire de la zone euro en cas de crise financière.

Bruno Le Maire déclare : « C’est une excellente nouvelle pour les épargnants de la zone euro et donc les épargnants français. Si demain une nouvelle crise financière éclate en Europe, ils ont une protection supplémentaire avec ce filet de sécurité qui protège leurs économies et leurs dépôts ».

Enfin, après deux ans de discussions et un premier accord franco-allemand - l’accord de Meseberg - décisif pour servir de socle aux réflexions des 19 pays de la zone euro, un accord a été obtenu sur le budget de la zone euro. La gouvernance, la structure, le fonctionnement et les priorités de ce budget propre à la zone euro ont été définis. Ce budget vise à renforcer la compétitivité et la convergence entre pays de notre union monétaire.

Sur cette base solide et opérationnelle, les chefs d’Etat et de gouvernement fixeront les prochaines étapes lors du Sommet de la zone euro le 21 juin prochain. L’objectif est de finaliser l’accord sur le budget de la zone euro dans les tout prochains mois. Les modalités précises de financement ainsi que la taille de ce budget seront déterminées dans le cadre des discussions sur le Cadre financier pluriannuel.

Bruno Le Maire conclut : « La promesse d’Emmanuel Macron est tenue. Il y a un budget de la zone euro et il sera opérationnel en 2021. C’est une mini révolution. »

Communiqué du ministère de l’Economie et des Finances : Déplacement de Bruno Le Maire à Luxembourg - Réunions de l’Eurogroupe et de l’ECOFIN les 13 et 14 juin 2019

M. Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances, se rendra à Luxembourg jeudi 13 juin et vendredi 14 juin, pour participer aux réunions de l’Eurogroupe ainsi qu’au Conseil des ministres de l’Union européenne pour les affaires économiques et financières (ECOFIN).

Lors des réunions de l’Eurogroupe, les ministres prépareront le Sommet de la zone euro du 21 juin prochain. Les échanges seront principalement axés sur les modalités précises de fonctionnement du budget de la zone euro (ses objectifs, ses priorités et sa gouvernance) ainsi que sur la réforme du Mécanisme européen de stabilité (MES). L’objectif de ces réunions est de parvenir à un accord global sur l’approfondissement et la consolidation de la zone euro, comme annoncé en décembre 2018.

Vendredi, une réunion ministérielle est organisée pour les pays participant à la coopération renforcée sur la taxe sur les transactions financières (TTF). Les ministres présents discuteront de l’affectation de la TTF au budget de la zone euro par les Etats qui le souhaitent et des modalités du produit de la taxe. Un échange plus large sur ce sujet aura lieu lors de la réunion de l’ECOFIN, pour informer des progrès des négociations de la coopération renforcée.

Par ailleurs, les ministres discuteront des aspects économiques et financiers de la stratégie climatique à long terme de l’Union européenne, priorité clé de la France.

Enfin, ces réunions seront également l’occasion de faire un suivi des conclusions du G20 Finances qui s’est déroulé le week-end dernier à Fukuoka (Japon)./.

Dernière modification : 19/06/2019

Haut de page