Journée bruxelloise du Multilinguisme et de la Francophonie

L’ambassade de France en Belgique, l’Organisation internationale de la Francophonie et l’Alliance Française Bruxelles-Europe organisent les 6 et 7 mars prochains la Journée bruxelloise du Multilinguisme et de la Francophonie qui se tiendra au Palais des Académies.

Cette rencontre de haut niveau reprendra les quatre thèmes que les conférences précédentes du cycle pluriannuel « Le monde en archipels » initié par l’Alliance Française et ses partenaires ont permis d’identifier comme défis et enjeux majeurs pour le multilinguisme et la langue française :

  • Quelles solutions aux enjeux de la langue du droit et des négociations internationales ?
  • Comment la révolution numérique peut-elle renforcer le multilinguisme et la francophonie ?
  • Comment les médias peuvent-ils lutter contre l’unilinguisme ?
  • Culture, recherche, édition : la bataille pour les publications non anglophones.

La Journée bruxelloise du Multilinguisme et de la Francophonie visera à formuler des propositions concrètes et opérationnelles (de politiques publiques, d’initiatives privées, de partenariats, d’initiatives…) pour renforcer le multilinguisme et l’usage de la langue française.

Ces tables rondes accueilleront notamment Jean-Baptiste Lemoyne, Rudi Vervoort, Stéphane Lopez, Françoise Tulkens, Gail Kent, Nathanael Ackerman, Jean Quatremer, Béatrice Delvaux, Richard Werly, Laurence Auer et bien d’autres.

Des entrepreneurs viendront également présenter des solutions numériques appliquées aux langues, à leur apprentissage, leur traduction et interprétation.

Le programme est aussi disponible sur les sites www.francebelgiqueculture.com et www.alliancefr.be

Pour vous inscrire, cliquez ici

Pour toute question, contactez contact@alliancefr.be

Ce projet est soutenu par l’Académie Royale de Belgique, l’Agence Universitaire de la Francophonie, Wallonie-Bruxelles International, le Grand-Duché de Luxembourg, l’Ambassade de Suisse en Belgique, la Délégation Générale du Québec à Bruxelles, l’Ambassade de Tunisie à Bruxelles, l’Institut Egmont et le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (France).

Dernière modification : 23/02/2019

Haut de page