Initiative franco-allemande pour la relance européenne : "Une percée historique"

M. Bruno Le Maire et son homologue allemand, M. Olaf Scholz, ont effectué une déclaration commune le 19 mai 2020.

M. Le Maire a de plus participé à la visio-conférence des ministres européens en charge de l’Economie.

Conférence de presse de M. Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances et de M. Olaf Scholz, vice-chancelier d’Allemagne, ministre fédéral des Finances (19 mai 2020)

PNG

La vidéo de la conférence de presse de MM. Le Maire et Scholz est disponible ici

Communiqué de la présidence croate à l’issue de la visio-conférence des ministres européens de l’économie (19 mai 2020)

Riposte économique face à la pandémie de COVID-19

Les ministres ont débattu les progrès accomplis sur les mesures prises par l’UE pour faire face à la crise de la COVID-19.

Les ministres ont salué l’adoption, par procédure écrite, du règlement instaurant un soutien temporaire à l’atténuation des risques de chômage en situation d’urgence (SURE). SURE permet de fournir jusqu’à 100 milliards d’EUR de prêts à des conditions favorables aux États membres pour les aider à financer les dispositifs nationaux de chômage partiel et les mesures similaires, y compris pour les travailleurs indépendants, ainsi que certaines mesures en matière de santé, en particulier sur le lieu de travail, en réponse à la crise.

SURE est l’un des trois filets de sécurité pour l’emploi et les travailleurs, pour les entreprises et pour les États membres, d’un montant de 540 milliards d’EUR, sur lesquels l’Eurogroupe s’est mis d’accord le 9 avril 2020. Le 23 avril, les dirigeants de l’UE ont approuvé l’accord et demandé que ce train de mesures soit opérationnel au 1er juin 2020.

Le filet de sécurité en faveur des États membres, à savoir la mesure de soutien dans le cadre de la crise pandémique fondée sur le MES, est devenu opérationnel le 15 mai 2020, à la suite d’un accord politique sur les caractéristiques de l’instrument et les modalités normalisées d’accès à celui-ci qui est intervenu lors de la réunion de l’Eurogroupe du 8 mai.

Les ministres ont également fait le point sur les discussions en cours visant à rendre opérationnel le filet de sécurité pour les entreprises au moyen du fonds de garantie paneuropéen de la Banque européenne d’investissement. La présidence a appelé à mettre au point l’instrument le plus rapidement possible.

La Commission et la Banque centrale européenne ont présenté leur évaluation de la situation économique et financière.

Lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

À la suite de la présentation faite par la Commission européenne, les ministres ont débattu de son approche visant à renforcer encore la lutte de l’UE contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

Les ministres ont étudié les moyens de renforcer encore le cadre existant en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux, et en particulier les points suivants :

la meilleure manière d’établir un ensemble harmonisé de règles et les domaines et les secteurs qui mériteraient d’être couverts par un règlement ;
la manière de mieux tirer parti des données, de l’analyse des données et de l’échange de données ;
la possibilité d’établir une nouvelle autorité de l’UE spécialisée dans la lutte contre le blanchiment de capitaux et les compétences dont il y aurait lieu de l’investir ;
la méthodologie révisée proposée par la Commission pour répertorier les pays tiers à haut risque.

Le 7 mai, la Commission a présenté :

  • un plan d’action pour une politique globale de l’Union en matière de prévention du blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme
  • une méthodologie révisée répertoriant les pays tiers à haut risque dont le dispositif de lutte contre le blanchiment de capitaux présente des carences stratégiques

Le plan d’action de la Commission fait suite aux conclusions du Conseil de décembre 2019, qui fixent des priorités stratégiques en matière de réformes dans ce domaine.

La méthodologie révisée vise à mieux protéger le système financier de l’UE des risques en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux. Le cadre de l’UE en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme prévoit l’obligation d’identifier les pays et territoires tiers dont le dispositif de lutte contre ces phénomènes présente des carences stratégiques.

Semestre européen 2020

Les ministres ont accueilli favorablement les conclusions du Conseil sur les rapports par pays dans le cadre du Semestre européen 2020 et la mise en œuvre des recommandations par pays de 2019.

Ces conclusions font partie du processus annuel d’évaluation des procédures concernant les déséquilibres macroéconomiques. Toutefois, elles reflètent cette année la situation exceptionnelle liée à la grave détérioration de la conjoncture économique résultant de la pandémie de COVID-19. Les conclusions insistent sur les défis et vulnérabilités structurels qui demeurent pertinents dans la conjoncture économique changeante et incertaine que nous connaissons actuellement, et dont pourrait devoir tenir compte une stratégie de relance.

Dialogue économique avec les Balkans occidentaux et la Turquie

En marge de la vidéoconférence des ministres de l’économie et des finances, l’UE, les Balkans occidentaux et la Turquie ont tenu leur dialogue annuel sur la politique économique. Cette année, les discussions ont porté principalement sur les conséquences économiques de la pandémie de COVID-19 dans la région. À l’issue de la vidéoconférence, les participants ont adopté une déclaration conjointe./.

Plus d’informations ici

Dernière modification : 21/05/2020

Haut de page