"Faire revivre l’Europe comme une puissance politique stratégique"

Le Président de la République a participé le 15 février 2020 à la Conférence de sécurité de Munich.

Source : Présidence de la République

Pendant longtemps l’Occident a constitué un "bloc" partageant les mêmes valeurs et parlant dans le monde d’une même voix pour la paix. Aujourd’hui les pays occidentaux doutent de leurs valeurs, n’y croient plus, et sont en même temps divisés entre eux.

Le Président Emmanuel Macron a participé ce 15 février 2020 à la Conférence de sécurité de Munich qui appelle à un sursaut pour préserver une capacité d’action en matière de défense et de sécurité, pour promouvoir la paix.
La Conférence de sécurité de Munich, historiquement, est une enceinte qui a été créée en 1962 par Ewald VON KLEIST, un ancien officier allemand qui était l’un des comploteurs contre Hitler en 1944, et l’un des rares survivants du complot. Il avait fondé cette conférence avec l’idée de promouvoir la paix par le dialogue.

Souveraineté européenne, place de l’Europe comme puissance politique, en particulier comme puissance d’équilibre, complémentarité entre OTAN et Europe de la défense, relation avec la Russie, doctrine pour la dissuasion nucléaire, le Président de la République a exposé sa vision.

Echanges du Président de la République lors de la conférence de Munich sur la sécurité

"Nous avons besoin d’une stratégie européenne qui est celle de nous revivre comme une puissance politique stratégique. Je vois une Europe beaucoup plus souveraine, unie, démocratique. À horizon dix ans, je vois une Europe qui aura construit les leviers pour bâtir sa souveraineté technologique, de sécurité et de défense, sur les sujets migratoires, en termes alimentaire, climatique et environnemental, et dans sa relation avec son grand voisinage"

Emmanuel Macron, le 15 février 2020 à Munich.

Déclaration de la porte-parole du ministère de l’Europe et des affaires étrangères - Conférence sur la sécurité de Munich (15 février 2020)

M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères, a participé le 15 et le 16 février 2020, à la Conférence sur la sécurité de Munich.

JPEG

Le 15 février, le ministre a réuni les ministres des affaires étrangères de l’Allemagne, de la Belgique, de l’Espagne, des Pays-Bas, de la Norvège, le Haut représentant de l’Union européenne pour la politique étrangère et de sécurité ainsi que des représentants du Royaume-Uni et de l’Italie. Le ministre a évoqué avec ses interlocuteurs l’avenir de la Coalition contre Daech, dont les moyens d’action doivent être préservés et adaptés pour poursuivre la lutte contre Daech en Irak et en Syrie. Le ministre a également évoqué la situation politique de l’Irak et la détermination de la France à œuvrer en faveur du renforcement de la souveraineté de l’Etat irakien. Enfin, le ministre a rappelé l’objectif commun de détention sûre des combattants de Daech et la nécessité d’assurer l’absence d’impunité des crimes qu’ils ont commis.

A l’occasion d’une rencontre séparée consacrée au dossier israélo-palestinien avec ses homologues allemand, égyptien et jordanien, le ministre a rappelé la disponibilité de la France à accompagner les efforts de paix qui s’inscrivent dans le cadre du droit international et des résolutions du Conseil de sécurité, et d’une négociation entre les parties sur la base d’une solution à deux Etats, vivant dans la paix et la sécurité au sein de frontières sûres et reconnues, avec Jérusalem pour capitale de ces deux Etats.

Le ministre s’est entretenu avec le ministre des affaires étrangères de la République populaire de Chine, M. Wang Yi, auprès duquel il a réitéré le soutien de la France dans le cadre de la crise sanitaire du Coronavirus, et évoqué les enjeux de la coopération bilatérale.

Le ministre a rencontré le ministre des affaires étrangères du Canada, M. François-Philippe Champagne, pour évoquer les perspectives de la relation bilatérale franco-canadienne et les prochaines échéances du G7.

Le ministre a rencontré le ministre des affaires étrangères de la Turquie, M. Mevlut Cavusoglu. Le ministre a souligné l’importance de mettre pleinement en œuvre les conclusions de la conférence de Berlin, et notamment de mettre fin aux ingérences étrangères dans la crise libyenne et aux violations de l’embargo sur les armes. Il a également évoqué la situation humanitaire dramatique dans la province d’Idlib, liée à l’offensive du régime syrien et de ses alliés.

Le ministre s’est entretenu avec le ministre des affaires étrangères iranien, M. Javad Zarif. Il a marqué la détermination de la France à œuvrer en faveur d’une désescalade des tensions dans le Golfe et souligné la forte préoccupation de la France à l’égard des violations par l’Iran de l’accord de Vienne sur le nucléaire, dans la continuité du communiqué des chefs d’Etat et de gouvernement E3 du 5 janvier dernier. Le ministre a rappelé les attentes de la France concernant la libération de ses ressortissants détenus en Iran.

Enfin, le ministre a rencontré le premier ministre du Gouvernement régional du Kurdistan irakien, M. Masrour Barzani. Il a réitéré la solidarité de la France avec les autorités irakiennes et le GRK dans le cadre de la lutte contre Daech, qui doit se poursuivre, et marqué le soutien entier de la France au renforcement de la souveraineté irakienne./.

Déplacement de Mme Florence Parly, ministre des armées, à Bruxelles et Munich - Communiqué de presse du ministère des armées (Paris, 12 février 2020)

Source : site Internet du ministère des armées

Florence Parly, ministre des armées, participera les 12 et 13 février à la réunion des ministres de la défense de l’OTAN, à Bruxelles.

Première rencontre de niveau ministériel à la suite du sommet de Londres en décembre dernier, cette réunion permettra d’aborder de nombreux sujets d’intérêt stratégique, au premier rang desquels la lutte contre le terrorisme.

Florence Parly se rendra ensuite à Munich où elle participera à une réunion de la coalition internationale anti-Daech (Defeat - ISIS).

La ministre participera enfin à la Munich Security Conference (Wehrkunde), prestigieuse conférence internationale de réflexion stratégique, où le Président de la République s’exprimera, une semaine après son discours à l’Ecole Militaire.

1. Réunion ministérielle OTAN à Bruxelles

Les discussions porteront sur trois thématiques principales : les opérations et missions de l’Alliance, la coopération avec l’Union européenne, la posture de dissuasion et de défense de l’Alliance. Ces sessions seront complétées d’une discussion informelle sur l’Ukraine et d’échanges sur la mission de l’OTAN en Afghanistan, Resolute Support, avec des représentants de l’ensemble des participants à cette mission.

Moins de deux mois après la Rencontre de Londres des 3 et 4 décembre, cette réunion permettra de poursuivre les échanges substantiels initiés par les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Alliance.

Elle permettra notamment de réfléchir aux hypothèses de renforcement de la mission de l’OTAN en Irak, sur le volet de la formation notamment, en appui de la coalition Inherent Resolve qui lutte contre Daech au Levant. Sur le plus long terme, il s’agira d’étudier dans quelle mesure l’Alliance pourrait contribuer plus activement à la stabilité de cette région stratégique.

Alors que la fin du Traité sur les armes nucléaires à portée intermédiaire en Europe a mis à mal l’architecture sur laquelle reposait la stabilité de l’Europe, la réunion des ministres permettra de cadrer les évolutions de la posture de dissuasion et de défense de l’OTAN, et de réaffirmer la nécessité d’un réengagement au profit de la maîtrise des armements. La ministre des armées rappellera notamment l’engagement du président de la République et de la France en la matière, suite à l’important discours qu’il a prononcé le 7 février à l’Ecole Militaire.

Avec ses homologues, la ministre des armées rappellera enfin l’importance stratégique de la coopération entre l’OTAN et l’Union européenne. Cette coopération trouve tout particulièrement à s’exprimer dans les domaines à forte valeur ajoutée technologique, comme l’espace. La France entend jouer pleinement son rôle d’allié européen moteur dans ce domaine, en proposant d’héberger un Centre d’excellence sur les questions spatiales, dont pourront bénéficier à la fois l’OTAN et l’Union européenne.

La prochaine réunion des ministres de la défense de l’OTAN se tiendra à Tirana les 17 et 18 juin 2020, échéance avant laquelle les ministres des affaires étrangères se réuniront une fois, les 02 et 03 avril 2020.

2. Réunion de la coalition anti-Daech à Munich

Les ministres de la défense du groupe restreint de la coalition anti-Daech (Allemagne, Australie, Belgique, Canada, Danemark, Etats-Unis, Espagne, France, Italie, Nouvelle-Zélande, Norvège, Pays-Bas, Royaume-Uni) se retrouveront en marge de la conférence de sécurité de Munich. Alors que le niveau de tension est monté dans le Golfe et au Levant depuis le mois de janvier, l’opération Inherent Resolve reprend progressivement ses opérations en appui des forces de sécurité irakiennes, qui avaient été partiellement suspendues après la frappe américaine contre Q. Soleimani.

L’enjeu de cette réunion ministérielle est double : il s’agira de réaffirmer la détermination des membres de la coalition à s’engager pour la défaite durable de Daech dans le cadre de la coalition, tout en améliorant la coordination avec les autorités irakiennes.

3. Wehrkunde à Munich

Les 14 et 15 février, la ministre des armées participera à la conférence de Munich sur la sécurité, aux côtés du président de la République. Forum sur la sécurité internationale rassemblant responsables politiques, universitaires et chercheurs, la conférence de Munich permet aux dirigeants européens de débattre avec leurs homologues du monde entier. À cette occasion, la ministre devrait notamment s’entretenir avec ses homologues d’Allemagne, Australie, Canada, Estonie, Finlande, Liban, Norvège, République centrafricaine, Roumanie. Elle rencontrera également le ministre irakien des affaires étrangères, et un groupe de parlementaires allemands./.

Dernière modification : 18/02/2020

Haut de page