Entretiens de Jean-Yves Le Drian et d’Amélie de Montchalin avec Ann Linde

Communiqué du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères

Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères, a reçu le 10 mars 2020 Ann Linde, ministre suédoise des affaires étrangères. L’entretien a porté sur les sujets d’actualité liés aux crises en Syrie, au Sahel, en Iran, au Proche-Orient et en Ukraine ainsi qu’à l’évolution de l’épidémie du Covid-19. Les ministres ont également évoqué l’Europe de la défense, notamment le Fonds européen de défense et l’Initiative européenne d’intervention. Les questions de souveraineté numérique européenne, en particulier la cybersécurité et la 5G, ont été abordées.

A l’issue de cet entretien, Ann Linde a été reçue par Amélie de Montchalin, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des affaires étrangères chargée des affaires européennes. Cet entretien a porté sur les questions européennes, notamment la relation future de l’Union européenne avec le Royaume-Uni et le processus d’adhésion des pays des Balkans occidentaux à l’Union. Les ministres ont également discuté de la coopération bilatérale en matière de promotion des droits des femmes, et en particulier la participation de la Suède au Forum Génération Égalité, qui a été organisé à Paris les 7-8 juillet 2020, et la stratégie conjointe de lutte contre la traite des êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle.

La relation bilatérale entre la France et la Suède est dense. Nous partageons avec la Suède la vision d’un ordre international fondé sur le multilatéralisme, le respect du droit et la démocratie. La Suède est pour la France un partenaire clé sur de très nombreux dossiers internationaux./.

Communiqué de presse conjoint des ministères des Affaires étrangères de la Suède et de la France (11 mars 2020)

Mme Ann Linde, ministre suédoise des affaires étrangères et M. Jean-Yves Le Drian, ministre français de l’Europe et des affaires étrangères, se sont réunis à Paris hier, à l’heure où le monde est confronté à de nombreux défis et menaces. L’évolution très préoccupante de la situation à Idlib et la catastrophe humanitaire qu’elle entraîne, la diffusion rapide du coronavirus et la crise climatique sont autant d’exemples qui confirment la nécessité de mener une coopération internationale renforcée et une diplomatie active pour bâtir la paix et la sécurité.

Dans ce contexte, en rappelant que la France et la Suède sont toutes deux engagées dans l’Alliance pour le multilatéralisme, et dans le prolongement de la Déclaration sur la coopération entre la France et la Suède dans le domaine des affaires européennes, approuvée le 7 juin 2019 par le Président français, M. Emmanuel Macron, et par le Premier ministre suédois, M. Stefan Löfven, les ministres ont décidé de renforcer la coopération en matière de politique étrangère et de sécurité dans les domaines de la paix, de la sécurité et de la démocratie. Les ministres ont réaffirmé leur attachement à l’ordre euro-atlantique en matière de sécurité et à une approche globale de la sécurité dans laquelle celle-ci est étroitement liée à la démocratie et au respect du droit international et des droits de l’Homme.

Les ministres ont également souligné l’importance des efforts conjoints menés dans le cadre de la politique de sécurité et de défense commune de l’Union européenne. Ils se sont par ailleurs félicités de leur coopération au sein de l’Initiative européenne d’intervention.

Les ministres ont discuté de la nécessité d’un engagement cohérent et actif au Sahel en matière de sécurité, de développement et d’aide humanitaire et ils ont souligné la contribution de la Coalition pour le Sahel comme cadre de l’engagement stratégique et politique au Sahel. Ils ont insisté sur le caractère essentiel des efforts déployés par l’ONU et son rôle de coordination dans la région. Ils se sont félicités de l’étroite coopération entre la Suède et la France concernant le Sahel. Les tensions actuelles dans le Golfe doivent être traitées dans le cadre d’une approche stratégique de long terme et du rôle actif de l’UE à l’appui d’un dialogue régional ouvert à tous. Les ministres ont également abordé d’autres questions de politique étrangère telles que le dossier iranien et l’importance qui demeure que l’Iran se conforme au Plan d’action global commun (JCPoA), ainsi que la prochaine Conférence d’examen du TNP.

La Suède et la France ont réaffirmé que la solution des deux États, avec Jérusalem comme capitale de chaque État, est le seul cadre à même de répondre aux aspirations des Israéliens comme des Palestiniens et, d’apporter ainsi une solution durable au conflit.

Les ministres ont confirmé leur détermination à bâtir une Europe forte et efficace qui réponde aux besoins de ses citoyens et, dans ce contexte, ils se sont réjouis de la tenue de la prochaine Conférence sur l’avenir de l’Europe. Les échanges ont mis en évidence des sujets d’intérêt commun sur lesquels les ministres ont décidé de coopérer plus étroitement.

La criminalité transnationale organisée menace notre sécurité commune et appelle une réponse collective. Les ministres ont exprimé leur disponibilité à partager les bonnes pratiques et les enseignements tirés de l’expérience. L’Ambassadeur suédois pour la lutte contre la criminalité organisée, qui sera bientôt nommé, travaillera en étroite collaboration avec son homologue français pour encourager la coopération et promouvoir les initiatives adéquates à l’échelle internationale et de l’UE.

Les ministres sont convenus d’intensifier la coopération concernant les technologies émergentes et la cybersécurité, afin de renforcer la capacité de l’UE à protéger les infrastructures essentielles au maintien de fonctions économiques et sociales fondamentales ainsi qu’à la lutte contre les cybermenaces. Les discussions ont souligné le constat partagé selon lequel l’UE possède les instruments et le potentiel pour devenir un acteur de premier plan en matière de politique de sécurité mondiale dans ce domaine. La France et la Suède partagent la même ambition : celle d’atteindre un espace numérique sûr, ouvert, unique et neutre.

Les ministres ont confirmé leur collaboration, déjà importante, en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes et pour que toutes les femmes et les filles bénéficient pleinement des droits de l’Homme, y inclus la santé et les droits en matière de sexualité et de procréation et les conditions économiques et sociales. La France, en tant que membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies, et la Suède, qui présidera l’OSCE en 2021, redoubleront toutes deux d’efforts pour soutenir la participation des femmes à la prévention des conflits, aux processus de paix et à la reconstruction après les conflits. Parallèlement, la France et la Suède promouvront conjointement l’égalité entre les femmes et les hommes dans tous les domaines au sein de l’Union européenne et poursuivront leur initiative diplomatique commune visant à lutter contre la traite à des fins d’exploitation sexuelle. Les ministres ont insisté sur leur étroite collaboration dans la perspective du Forum Génération Égalité, qui se tiendra à Mexico les 7 et 8 mai et à Paris du 7 au 10 juillet prochains.

Enfin, les ministres sont convenus que nos deux pays bénéficieraient d’une coordination accrue afin de promouvoir leurs convergences de vues, en particulier au niveau européen avant le prochain trio de présidences en 2022-2023, ainsi que de leur volonté commune à soutenir une politique étrangère et de sécurité de l’UE forte et cohérente./.

Dernière modification : 11/03/2020

Haut de page