Brexit : "Cet accord de retrait est le meilleur accord possible"

Mme Nathalie Loiseau a participé le 11 décembre au Conseil affaires générales qui s’est déroulé à Bruxelles.

Déclaration de Mme Nathalie Loiseau à son arrivée au Conseil affaires générales (Bruxelles, 11 décembre 2018)

Mme Nathalie Loiseau  : "You know, we are very much concerned about the postponement of the vote on the withdrawal agreement. We’ve done a lot to have the UK withdrawal agreement. It is the only possible agreement and we’ve done a lot of concessions to reach it. So we sincerely hope that there can be a majority to ratify this withdrawal agreement but we have to stand ready for a no deal and we are preparing for it, we had a vote in the French Parliament yesterday evening, authorizing the French government to take the necessary measures and we have to do so responsibly.

Que peut-on donner à Theresa May pour l’aider vu que l’on ne veut pas renégocier ?

Mme Nathalie Loiseau : Nous sommes très préoccupés par le décalage du vote sur l’accord de retrait, car cet accord de retrait est le meilleur accord possible, c’est même le seul accord possible. Il a été négocié pendant des mois. L’Union européenne a fait beaucoup de concessions pour que cet accord de retrait soit possible. Aujourd’hui nous ne sommes pas comptables de la situation politique britannique, les Chefs d’Etat et de gouvernement vont se réunir jeudi et vendredi et vont en discuter entre eux. Mais notre responsabilité de dirigeants c’est aussi se préparer à un no deal car c’est une hypothèse qui n’est pas improbable, et c’est pour cela qu’un projet de loi a été voté cette nuit à l’Assemblée nationale pour nous préparer aux conséquences d’un Brexit sans accord.

Un Brexit sans accord, c’est aussi une mauvaise nouvelle pour la France aussi ?

Mme Nathalie Loiseau : Le Brexit est une mauvaise nouvelle pour tout le monde, un Brexit sans accord est une très mauvaise nouvelle pour le Royaume-Uni. Cela a des conséquences pour la France, et pour limiter ces conséquences nous avons proposé que le parlement nous autorise à prendre des ordonnances. L’Assemblée nationale a voté hier, donc nous serons prêts.

Etes-vous pessimiste sur le Brexit, beaucoup plus qu’il y a deux jours ?

Mme Nathalie Loiseau : Je suis très préoccupée.

Will Président Macron see Mrs. May ? What about the MFF ?

Mme Nathalie Loiseau : First of all, the heads of state and government will discuss the MFF on Thursday and Friday and they will set the priorities. They will work on this for quite a number of weeks and months. We have made progress on some priorities but we have to set all the priorities and discuss the amounts, so it’s a work in progress.

So do you expect a deal by the end of 2019 ?

Mme Nathalie Loiseau : We want a good deal, not a fast deal"./.

Communiqué du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (10 décembre 2018)

Mme Nathalie Loiseau participera le 11 décembre au Conseil affaires générales qui se déroule à Bruxelles.

Les travaux des ministres porteront sur les principaux points suivants :

  • Budget de l’Union européenne 2021-2027 : les ministres prépareront la première discussion des chefs d’État et de gouvernement qui aura lieu lors du Conseil européen des 13 et 14 décembre prochains. La ministre saluera l’avancée des travaux conduits sous la présidence autrichienne, mais rappellera que des progrès doivent encore être accomplis sur plusieurs points qui ne vont pas encore assez loin : création de nouvelles ressources propres de l’Union européenne, en particulier liées à l’environnement ; mise en place de conditionnalités à l’attribution des fonds européens, relatives au respect de l’État de droit et des engagements en matière migratoire, fiscale et sociale. La ministre rappellera les autres priorités que nous portons sur les enjeux majeurs de la négociation budgétaire : soutien aux nouvelles priorités sans porter atteinte à la politique agricole commune ; suppression immédiate des rabais.
  • Préparation du Conseil européen des 13 et 14 décembre  : Mme Loiseau rappellera nos attentes sur les autres sujets prioritaires qui seront soumis aux chefs d’Etat et de Gouvernement en décembre : résultats des consultations citoyennes, sécurité et défense, réforme du régime d’asile européen commun - notamment du règlement Dublin - et lutte contre le changement climatique.
  • Union économique et monétaire : la ministre insistera sur l’objectif du sommet de la zone euro de décembre, qui est de donner un mandat clair à l’Eurogroupe pour avancer sur la mise en place d’instruments budgétaires de la zone euro.
  • État de droit – Pologne : les ministres procéderont à la troisième session de l’audition de la Pologne, au titre de la procédure prévue à l’article 7 paragraphe 1 du traité sur l’Union européenne. La ministre s’exprimera conjointement avec son homologue allemand. Elle saluera les récentes mesures prises par les autorités polonaises pour se conformer à l’ordonnance de la Cour de justice de l’Union européenne du 19 octobre dans le cadre de la réforme sur la Cour suprême, tout en soulignant qu’il ne s’agit que d’un seul volet de la réforme judiciaire, qui, dans son ensemble, continue de susciter des préoccupations relatives au respect de l’État de droit.
  • État de droit – Hongrie : la situation sera évoquée pour la troisième fois au Conseil affaires générales depuis le déclenchement, à l’initiative du Parlement européen, de la procédure prévue à l’article 7 du traité sur l’Union européenne. L’échange de vues permettra de demander que le Conseil se saisisse de cette demande du Parlement européen. Mme Loiseau indiquera que nous partageons un grand nombre de préoccupations avec les autres institutions européennes, s’agissant par exemple de la réforme de l’enseignement supérieur et de la situation particulière de l’Université d’Europe centrale qui a récemment confirmé son intention de relocaliser son activité à Vienne à compter de la rentrée prochaine du fait de cette réforme./.

Dernière modification : 12/12/2018

Haut de page