27/05 Déclaration du Secrétaire d’Etat chargé des affaires européennes P. Lellouche sur les fuites de carbone

Le secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes, Pierre Lellouche, salue la communication de la Commission, rendue publique le 26 mai, portant notamment sur l’analyse des risques de "fuite de carbone" susceptibles de compromettre les efforts consentis dans la lutte contre le changement climatique et d’affecter l’industrie européenne.
Alors que l’Union européenne a mis en place une politique ambitieuse de réduction des émissions de gaz à effet de serre, qui engage en premier lieu nos industriels, l’absence de réductions comparables de la part des autres pays émetteurs serait dommageable pour le climat et ferait courir un risque réel de délocalisation de la production et des emplois dans ces pays.
Pierre Lellouche se félicite en particulier que la Commission européenne ait reconnu, dans cette communication, que la mise en place au niveau européen d’un "mécanisme d’inclusion carbone", ou mécanisme d’ajustement aux frontières, fait explicitement partie des options envisageables pour lutter contre de telles fuites de carbone.
Le président de la République a rappelé à de nombreuses reprises que l’instauration d’un tel mécanisme d’ajustement aux frontières de l’Union européenne est un élément essentiel dans la négociation internationale sur le climat, en particulier face aux grands pays industriels émetteurs de CO2. Il permettra notamment de faire respecter les normes environnementales et renforcera la loyauté dans les échanges commerciaux.

Dernière modification : 27/05/2010

Haut de page